the headless man / le blog de thibault balahy

Dans la tête de l'homme sans tête

mercredi 30 avril

mythes revisités

narcisssisyphe

A l'heure des délocalisations, du trou dans la couche d'ozone, de la disparition des idéaux...

Que sont nos héros devenus?

Posté par misterb à 00:03 - free drawings - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Ha ben tiens justement, ça me fait penser que j'ai récemment étudié (assez rapidement je l'accorde toutefois) le mythe de Sysiphe dans le cadre du mémoire de mon dsaa que je suis en train de finir d'écrire là...
    Bref, sans entrer dans des détails aussi pompeux qu'ennuyeux, je pose un parallèle, à tort ou à raison, entre ce personnage mythologique et la recherche scientifique contempporaine (ou la curiosité naturelle de l'homme) qui vise à la compréhension totale de l'univers (quoi de plus frustrant pour l'hommme en effet de ne pas pouvoir tout comprendre ?) J'établie le fait que chaque découverte ne fait que repousser vainement quelque peu les limites de la compréhension de l'univers. Et ainsi donc, le rocher dégringole à nouveau en bas de la colline, et ce malgré tous les efforts de Sysiphe, qui doit renouveler ceux-ci. Bref, les réponses génèrent de nouvelles questions, et ainsi de suite, l'univers, dans cette perspective n'est pas apréhendable dans sa totalité, et toutes ces conneries.
    Heu bon, en me relisant, je doute de me faire comprendre clairement. Si ça te chante, je t'enverrai le machin quand il sera fini.
    Cela n'a peut-être (sans doute) aucun rapport avec le propos de ta note remarque, mais j'angoisse un peu à la venue de mon passage devant le jury, alors j'exorcise comme je peux hein...

    Posté par Nebulon, jeudi 01 mai à 04:44
  • Rassure-toi, ton propos tient la route. En termes scientifiques, sociaux, politiques, philosophiques, on ne fait que ça : pousser un peu plus haut un caillou qui nous retombera sur la gueule. Notre culture judéo-chrétienne a un peu mis de côté cette vision cyclique du monde. Pour moi, il n'y a aucun progrès, il n'y a que changement. C'est pas pessimiste, juste réaliste. Bon courage pour ton dsaa, je serais curieux de lire tout ça plus précisément. J'ai juste inversé le processus dans l'idée de glissade et de chute inévitable dans le même trou. Sisyphe va faire un tour au jardin d'enfant...

    Posté par thibault balahy, jeudi 01 mai à 19:28

Poster un commentaire